Die JahrgÄnge

2006

Tout se passait normalement jusqu’à un mois d’août froid et pluvieux; heureusement relayé par quelques beaux jours début septembre. Néanmoins, le retard pris ne sera jamais comblé. Le botrytis jouant avec nos nerfs, il a fallu s’armer de patience tout en restant prêts à sortir nos sécateurs chaque matin. Nous sommes finalement très satisfaits du vin.

2005

Les superlatifs n’ont pas manqué pour qualifier ce millésime….à juste titre! Toutes les conditions ont été réunies pour obtenir un vin parfaitement équilibré, exprimant toutes les caractéristiques de nos terroirs. Le vin sera mis en bouteille dans le premier semestre 2007.

2004

Une année spectaculaire au niveau des rendements, la floraison s’étant déroulée dans de très (trop) bonnes conditions météorologiques. Fait exceptionnel, il aura fallu attendre le dernier jour d’octobre pour vendanger nos cabernets francs et sauvignons. Une année à fort rendement, doublée d’une évolution très lente des raisins: la précision des travaux en vert s’est révélée être un élément primordial. Nous avons récolté l’équivalent de 30hl/ha de vin. Compte tenu de la qualité de la matière première, les saignées ont été calculées en conséquence et ce chiffre est tombé à 20hl/ha. Nous nous sommes également permis d’écarter du Pin Beausoleil le vin d’une parcelle de merlot âgée de 5 ans, afin de créer pour la première fois notre second vin, Le Petit Soleil.

2003

Millésime atypique compte tenu de la canicule ayant sévi de juin à mi-août. Paradoxalement, il aura fallu patienter pour atteindre les dates de vendanges optimales. En effet, la chaleur ayant provoqué des blocages de maturité, la maturité phénolique n’a pas été atteinte beaucoup plus tôt que dans des millésimes classiques. Au début, sceptiques sur le potentiel de ce vin, nous sommes aujourd’hui pleinement satisfaits de son évolution.

2002

Une floraison perturbée provoquera une perte de rendement importante: coulure et millerandage nous pousseront à effectuer 2 passages pendant les vendanges: le premier partout où les grappes sont correctes, le second pour toutes celles particulièrement touchées par ces phénomènes. Ces dernières bénéficieront d’un tri beaucoup plus poussé, une partie sera d’ailleurs effectuée manuellement. Le Pin Beausoleil 2002 est à nos yeux particulièrement réussi par rapport au niveau général du millésime.

2001

Millésime « bordelais » par excellence. Les merlots atteindront leur pleine maturité, mais les cabernets (sauvignon notamment) souffriront des précipitations d’octobre. Cependant, ce millésime ne manque pas d’élégance.

2000

Un millésime qui a fait la notoriété du Pin Beausoleil! Une année « facile »: des rendements corrects et des raisins arrivés sans difficulté à maturité ont permis d’obtenir un vin concentré, complexe et équilibré.

1999

À l’image du 1997, le climat n’aura pas été des plus favorables. Grâce aux opérations en vert, les vendanges ont été repoussées au maximum. Le tri minutieux aura également joué un rôle primordial. Dans les millésimes difficiles, le travail paie d’autant plus: aujourd’hui Le Pin Beausoleil 1999 rivalise avec les plus grands crus du même millésime (» revue de presse).

1998

Rendement réduit, travail affiné, climat favorable, et premiers conseils de Stéphane Derenoncourt sur la propriété: un ensemble d’éléments qui ont permis une sérieuse poussée qualitative. La propriété ne possédait alors que 2 ha ! Salué par la presse, Le Pin Beausoleil 1998 pourra attendre 2008/2010.

1997

Premier millésime du Château Le Pin Beausoleil. Une année qui s’était bien présentée mais qui s’est conclue par des vendanges pluvieuses. Sans réel potentiel de garde, le vin aura normalement déjà été consommé.